• SCD - Sociologie / Ethnologie,

Vers une ségrégation douce

Publié le 18 novembre 2021 Mis à jour le 18 novembre 2021
le 16 novembre 2021 Centre de ressources Olympe de Gouges
Espace revues - RDC - 12h45-13h45
Vignette de la manifestation
Vignette de la manifestation

Conférence dans le cadre des Mardis de la Socio

Évolutions des sociabilités en France entre 2001 et 2017.

Séance animée par Guillaume Favre, Maître de Conférences au département de sociologie et membre du laboratoire LISST, Université Toulouse Jean Jaurès.

Au début des années 2000, certains auteurs s’alarmaient d’un déclin de la vie civique et d’un désengagement de la vie associative en occident. Dans la même période, le développement d'internet puis, quelques années plus tard, des médias sociaux semblait permettre de renouveler les formes de sociabilité et d’investissement politique, mais certains auteurs y voyaient au contraire un dispositif destructeur des liens familiaux et un vecteur d’individualisation croissante. Comment ont réellement évolué les sociabilités depuis 20 ans? On dispose d'assez peu de travaux permettant de mesurer concrètement l'évolution de la vie sociale sur de longues périodes.


La réplique en 2017 d’une enquête par questionnaire réalisée en 2001 permet d’étudier l’évolution des réseaux de relations interpersonnelles en France sur une durée de 16 ans. Les résultats sont convergents avec ceux d’études comparables effectuées dans d’autres pays, et en particulier aux États-Unis. Alors que, dans les années 2000, divers auteurs pronostiquaient des évolutions majeures des réseaux personnels, ceux-ci se révèlent remarquablement stables dans leur composition comme dans leur structure. On observe néanmoins quelques évolutions et notamment une augmentation de l'entre-soi des catégories les plus diplômées.